samedi 29 juillet 2017

Conférence: le Matriarcat... (version longue)


Suite à la petite conférence au café-poly montpelliérain, une participante m'a proposé de venir développer plus profondément le sujet dans la yourte de la Compagnie des 7 vents, le 27 juillet à Ucel (Sud-Ardèche).

En préparant mes notes, je me suis rendu compte que c'était en fait le plan d'un livre qui était en train de se dessiner (et sur lequel je devrais bientôt me remettre), et n'ayant pu l'achever à temps pour la conférence, j'ai dû improviser sans filet, ce qui explique son manque de structure, et quelques oublis...

Parmi les oublis, il en est un, majeur, qui devait conclure à la comparaison entre les implications psychologiques chez l'enfant dont relèvent respectivement la paternité et la maternité et que je souhaite donc inscrire ici:
J'aurai dû dire que le véritable enjeu d'une société maternelle est l'enfance qui est l'avenir de la communauté. Prendre soin des mères qui sont les plus "connectées" aux besoins naturels de leurs enfants: c'est leurs permettre de prendre soin d'eux de la manière la plus efficace, et ainsi assurer l'équilibre des futurs adultes qu'ils deviendront, garantissant la santé de la communauté.

J'ai été un peu pris de court sur la question portant sur ma manière de vivre le polyamour et comme je n'avais pas plus réfléchi à la façon de présenter ma situation à ce sujet, j'ai parlé un peu vite d'une relation centrale et de deux relations platoniques: sans aller dans de plus amples détails, et en plus de ces trois relations évoquées, il y a également la possibilité d'autres types de rencontres pas nécessairement pérennes, ce qui rend le terme de polyamour un peu limitatif, me faisant préférer celui de libre-amour...

La conférence a été comme les précédentes enregistrée depuis mon ordinateur, limitant le plan-séquence à trois heures, et coupant donc la dernière question portant sur la question de la pudeur adolescente: j'ai pu commencer à parler de la qualité de l'écoute du parent qui jouait un rôle énorme dans la relation, après quoi j'ai ajouté que le contexte social (la pression extrêmement violente régnant au collège) était aussi un élément très important dans cet état de fait.


... bon, me reste plus qu'à me remettre à l'écriture du bouquin maintenant... ^^